Promouvoir le bien-être psychologique des personnes et lutter contre l’isolement

Une subvention est accordée aux CPAS pour promouvoir le bien-être psychologique des personnes et lutter contre l’isolement

Une subvention de 10.000.003 (dix millions trois) répartie parmi les CPAS selon une clé de répartition réglementaire, et c’est valable pour l’ensemble de la Belgique, est accordée du 1er décembre 2020 au 31 décembre 2021 aux centres publics d’action sociale (CPAS) en vue de promouvoir le bien-être psychologique des personnes (usagers) ayant recours aux services publics relevant des missions du CPAS, sous quelle que forme que ce soit.

Bref, ces services doivent être compris dans le sens le plus large du terme et ne peuvent pas être limités aux personnes qui ont droit à un revenu d’intégration ou une autre allocation sociale.

Et puisque l’aide médicale, médico-sociale ou psychologique fait partie de la mission d’un CPAS, ce financement est aussi accordée pour :

–  lutter contre les souffrances psychologiques résultant de l’isolement social et

– améliorer la compréhension et l’application des mesures sanitaires de prévention. Le respect des mesures de prévention dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19 est une priorité et il est indispensable que ces mesures soient comprises et appliquées par les personnes les plus éloignées des modes de communication traditionnels.

Il s’agit bien pour la ministre fédérale de l’Intégration sociale d’encourager les CPAS « à développer de nouvelles actions ou renforcer des projets existants dans le but de maintenir les liens entre la société et les personnes concernées et s’assurer que les mesures de salubrité publique soient connues de tous. »

En d’autres mots, cette subvention doit permettre aux CPAS de développer ou continuer à mettre en œuvre des actions/projets visant à améliorer le bien-être psychologique ou à promouvoir la connaissance et l’application des mesures sanitaires. Elle peut donc être utilisée pour poursuivre des projets ou actions déjà mis en œuvre, pour en lancer de nouveaux. « Le CPAS peut faire preuve de créativité mais doit veiller à ce que les actions/projets mis en œuvre correspondent à l’objectif de la subvention. »

Financement pour des actions, partenariats

La subvention qui n’est donc pas limitée aux seuls bénéficiaires de l’aide sociale ou du droit à l’intégration peut être employée pour le financement :

1) des actions et projets visant à organiser un soutien psychologique ou visant à rompre l’isolement social des usagers.

Le CPAS peut financer :

– la mise en œuvre d’un point d’écoute (téléphonique/ présentiel/en ligne) au CPAS pour les personnes en souffrances que ces personnes soient des adultes, adolescents ou enfants afin de pouvoir les guider et de pouvoir mettre en œuvre les actions et mesures prises dans le cadre de ce subside ;

– l’organisation de groupes de paroles en présentiel ou en ligne ouvert aux adultes, adolescents et enfants, ;

– la mise en œuvre d’un réseau d’entre aide à l’attention des usagers pour apporter des livres au domicile des personnes ne pouvant se déplacer, en effectuant quelques courses pour une personne âgée… ;

– l’assistance aux personnes seules ou souffrant de la rupture du lien sociale et ce peu importe leur âge afin de les aider à utiliser les outils informatiques pour développer de nouveaux centres d’intérêts et rencontrer des personnes de manière virtuelle via les réseaux…

Cette liste n’est pas exhaustive. « Il faut veiller à ce que cela reste en lien avec la rupture de l’isolement sociale et le soutien psychologique à ce qu’elle prenne en compte également les difficultés rencontrées par les jeunes adultes toujours en formation, les adolescents et les enfants. »

2) de partenariats avec des organisations en vue de la mise en œuvre du soutien psychologique des usagers.

Le CPAS peut développer ou entretenir des partenariats déjà existant pour mettre en œuvre ce soutien psychologique par le biais d’organisations qui ont une expérience dans ce domaine.

Dans ce cas, le Centre doit veiller à ce que cette organisation utilise ce subside dans l’intérêt des usagers et en vue de lui fournir un soutien psychologique. Il lui appartient également en concertation avec ces organisations de fixer le cadre de ce soutien psychologique. Notamment en déterminant si cela concerne des professionnels dans le domaine ou s’il s’agit de l’intervention de personnes formées à l’écoute ou autre. L’association doit fournir la preuve de personnes ressources ayants des compétences en la matière.

3) des prestations des tiers en matière de soutien psychologique (sur base individuelle ou collective) pour des usagers.

Le CPAS peut intervenir dans les frais :

– des consultations de psychologue en présentiel ou en ligne, de manière individuelle ou par petit groupe :  les consultations réservées aux adultes, aux parents ; des consultations des jeunes adultes toujours en formation, des adolescents et des enfants, que ces consultations soient en lien avec les difficultés familiales, relationnelles ou avec les difficultés dans le déroulement de la scolarité ;

– subis par des bénévoles (volontariat) lors de leur intervention lorsque cette dernière nécessite des frais d’essence, de déplacement, l’acquisition d’une carte de la bibliothèque…

4) des actions et projets en vue d’améliorer la compréhension et l’application des mesures sanitaires visant à prévenir la propagation du virus Covid-19.

« Il est primordial que chacun connaisse et intègre les mesures sanitaires en vigueur. En plus de la vérification lors des entretiens avec les usagers de la connaissance de ces mesures. »

Le CPAS peut

– organiser des sessions d’informations ;

– mettre en place des ateliers/parcours sur cette thématique ;

– créer des kits Covid 19 et les distribuer (composé de produits d’hygiène, de masque et de folders d’information…) .

5) de campagnes visant à promouvoir les actions et projets des CPAS en matière de soutien psychologique et de sensibilisation aux mesures sanitaires.

« Il est nécessaire pour que tous les efforts déployés par le CPAS dans ce cadre portent au mieux leur fruit d’organiser une bonne communication afin de permettre aux usagers de faire appel au CPAS.  Les CPAS dans le cadre de cette subvention peuvent donc mettre en œuvre une communication par voie de presse, de toute boite, online sur le site internet, par prise de contact direct avec des usagers identifiés comme étant à risque psychologique, en se déplaçant au domicile pour informer les personnes. »

De même, la subvention peut être utilisée pour les dépenses relatives aux frais :

– de personnel (coût salarial du personnel du CPAS affecté à la mise en œuvre des initiatives dans le cadre de la subvention. Les frais de personnel déjà couverts par un autre canal de subvention ne sont pas éligibles) ;

– de fonctionnement ( frais nécessaires pour pouvoir mettre en place les initiatives dans le cadre de la subvention : location de salle, achats de matériel pour composer des kits Covid 19, folders, timbres, publicités, les frais liés au partenariat, les frais de déplacement…) ;

– d’investissement (500 € maximum, hors TVA).

Coopération avec des organisations

Attention, et pour ce faire, le CPAS peut conclure avec des organisations des conventions de coopération dans un but de confier la réalisation d’une partie ou de la totalité des objectifs visés ci-avant à ce partenaire, qui doit être indemnisé pour ses frais.

Infos :

– SPP Intégration sociale et Lutte contre la Pauvreté, 02/508.85.86 ; question@mi-is.be

https://www.uvcw.be/no_index/files/4917-ar-bien-etre-psychologique.pdf

https://www.uvcw.be/no_index/files/4987-circulaire-ar-bien-etre-psychologique.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *